« L’éducation ne consiste pas simplement à passer des examens, à obtenir un diplôme et une situation, à se marier et à s’installer, mais encore à savoir comment écouter les oiseaux, comment voir le ciel, l’étonnante beauté d’un arbre, le dessin des collines, comment les sentir, comment être vraiment en contact avec toutes ces choses. (…) Savez-vous que le monde est dément, que tout ce qui se passe participe de la folie, les combats, les querelles, les brutalités, les agressions ? Et vous allez grandir de façon à vous insérer dans cet état de choses. Peut-on dire que c’est bien ? Est-ce là le but de l’éducation, de vous obliger volontairement ou non à vous adapter à cette structure démente qu’on appelle la société ? (…) Vous et moi nous créons la société dans laquelle nous vivons. Donc, vous devez la changer. Alors qu’allez-vous faire ? » Sur l’éducation, Krishnamurti


Yoga, Yoga Nidra* (=Relaxation) et gestion du stress en milieu scolaire, de la 6ème au post-bac.


 Accompagnante d'élèves en situation de handicap depuis 6 ans, je me suis formée aux techniques du R.Y.E (Recherche du Yoga dans l'Education), agréée par l'Education Nationale, ainsi qu'à la méditation en milieu scolaire avec l'A.M.E (Association Méditation dans l'Enseignement) et je vous propose d'intervenir dans votre établissement pour des ateliers réguliers ou des interventions ponctuelles.



*Qu'est-ce que le Yoga Nidra? 

C'est une technique de relaxation moderne qui puise ses sources dans les techniques yogiques ancestrales :

Il y a différents types de relaxation, différentes « portes d’entrées »  pour se relaxer: le relâchement physique, les perceptions sensorielles, le souffle, les visualisations, l’autosuggestion. Et bien, le yoga nidra les comprend toutes ! C’est pourquoi cette technique est aussi appelée « la reine de la relaxation ». Mais alors, qu’est-ce que le yoga nidra ? Swami Satyananda Saraswati, traduit par Micheline Flak, fondatrice du RYE en 1978, décrit le yoga nidra comme étant une « relaxation conjuguée du physique, du mental et des émotions » ; c’est un « sommeil libéré des fardeaux, un sommeil de félicité, un sommeil de très haut niveau ». En effet, dans notre société, le terme très banal de « se relaxer », est tout autre : s’effondrer dans un fauteuil, fumer une cigarette, regarder la télévision… ce ne sont que des diversions sensorielles qui ne ressourcent pas vraiment. Quant au sommeil, « la plupart des gens dorment sans dissoudre leurs tensions ». En fait, pour Swami Satyananda Saraswati, la véritable relaxation est une expérience qui va bien au-delà, et pour cela il faut rester conscient. « Pendant la pratique de yoga nidra, on paraît endormi, mais la conscience fonctionne à un niveau profond ». Cet état peut permettre aussi le « développement de la mémoire, l’augmentation du savoir, et de la créativité ou la transformation de la personnalité ». C’est pourquoi, le yoga nidra peut être d’une grande richesse en milieu scolaire. Il procure tout d’abord un repos profond aussi bien sur le plan physique que mental et émotionnel. Donc, pour tous ces collégiens et lycéens qui manquent de sommeil, qui sont hyperactifs, anxieux, stressés, nerveux, surexcités… le yoga nidra va leur permettre de se poser et de récupérer. Ensuite, le fait de libérer les tensions et la fatigue va diminuer le stress et ainsi favoriser, leur capacité d’apprentissage. Et troisièmement, cette transformation dont parle Swami Satyananda Saraswati peut être initiée par « la résolution positive », qui est comme une petite graine que l’élève fait grandir grâce à la grande réceptivité de son esprit dans cet état entre veille et sommeil. Par exemple, nous travaillons beaucoup au collège sur le thème de la confiance en soi, sur l’estime de soi, et au lycée sur le fait de réussir les examens, d’être plus serein. Ainsi, une résolution comme « j’ai confiance en mes capacités » ou « j’aborde les examens avec sérénité » peut permettre à l’adolescent de faire germer cela en lui, d’une façon profonde.